Communiqués de presse à la Une

image communique pour article

Les femmes qui s’identifient comme Noires ou Autochtones sont absentes de la relève des postes de haute direction au Canada

Le premier Rapport annuel sur le rendement en matière de diversité des genres et de leadership révèle que les sociétés canadiennes ont encore beaucoup à faire

Une étude nationale révolutionnaire révèle que les progrès en matière de diversité des genres et de diversité raciale au sein des équipes de direction des organisations canadiennes sont extrêmement lents parce qu’il y a peu de femmes racisées et autochtones faisant partie de la relève des postes de haute direction.

Le Rapport annuel 2021 sur le rendement en matière de diversité des genres et de leadership : le rapport zéro, coprésenté par KPMG au Canada, a sondé 48 des plus grandes organisations canadiennes à la fin de 2020. Chacune de ces organisations a recueilli des données fondées sur la race et les a partagées avec le Projet Prospérité. Selon les résultats, aucune femme noire ne fait partie de la relève de la haute direction de 89 % des organisations interrogées. Quant aux femmes autochtones (Premières nations, Inuites et Métisses), ce chiffre monte à 91 %

« Certains dirigeants sont préoccupés et veulent redresser la situation. Nous voulons travailler avec eux. C’est une question de leadership solide et courageux. Les organisations qui ont participé à notre recherche font partie de la solution avec une représentation des femmes à des postes de direction au-dessus de la moyenne. Ces organisations ont à cœur la transparence et l’établissement d’une base de référence en vue de mesurer les progrès », de dire Pamela Jeffery, fondatrice du Projet Prospérité, organisme sans but lucratif créé au début de la pandémie pour veiller à ce que les Canadiennes ne soient pas oubliées au moment de la reprise après la COVID-19.

Les résultats sont plus positifs pour les femmes siégeant au sein des conseils d’administration, la représentation de celles-ci s’étant améliorée depuis le début de la pandémie dans les organisations ayant participé au sondage. Les femmes y occupaient 40,9 % des sièges des conseils d’administration au 30 septembre 2020. Un contraste marqué par rapport aux sociétés ouvertes qui, au 31 juillet 2020, comptaient 21,5 % de femmes dans les conseils d’administration de l’ensemble des sociétés inscrites à la cote de la Bourse de Toronto, et 31,5 % dans ceux des sociétés de l’indice S&P/TSX 60.

« Ouvrir la voie à un leadership solide et inclusif grâce à une relève prometteuse peut transformer non seulement une entreprise, mais l’avenir des sociétés canadiennes. Il reste encore beaucoup à faire avant que nous puissions assurer un avenir prospère à nos filles et petites-filles », explique Heather Baker, associée, Audit (services financiers) et présidente du conseil d’administration de KPMG au Canada.

Le manque de représentation des femmes n’est pas le seul problème; il y a également une absence de cueillette de données en matière de genres et de diversité au sein des 2 organisations. « Wes Hall, fondateur de l’initiative BlackNorth, et moi-même sommes d’accord : ne pas recueillir de données sur la race, le genre et l’ethnicité tout en essayant de stopper les préjugés et le racisme systémique s’apparente à vouloir vaincre la COVID-19 sans procéder au dépistage et à la recherche de contacts. Si nous ne cherchons pas à savoir, ne demandons pas ou ne mesurons pas, nous ne le saurons pas. Ne pas savoir, c’est ce que veulent ceux qui sont à la tête d’un système raciste », explique Mme Jeffery.

Le Rapport annuel 2021 sur le rendement met en place une nouvelle norme de collecte et de présentation de l’information sur la diversité des genres et le leadership au Canada et est le premier à :

• présenter des données intersectionnelles (femmes qui s’identifient également comme noires, autochtones et racisées ou vivant avec un handicap) sur des femmes occupant des postes de direction qui ont été recueillies et présentées, souvent pour la première fois, par les organisations participantes;

• examiner la représentation des femmes siégeant à des conseils d’administration, occupant des postes de haute direction et faisant partie de la relève de la haute direction dans certaines des plus grandes organisations canadiennes de tous les secteurs de l’économie;

• donner trois aperçus ponctuels, soit au 31 mars 2019, au 31 mars 2020 et au 30 septembre 2020, visant à déterminer si les Canadiennes occupant un poste de direction subissent de manière disproportionnée les répercussions de la crise actuelle.

Le Projet Prospérité a invité les chefs de la direction des 76 plus grandes sociétés canadiennes (évaluées selon leur chiffre d’affaires), notamment des sociétés à capital ouvert, des sociétés à capital fermé, des sociétés d’État provinciales, des coopératives et des filiales canadiennes de sociétés appartenant à des intérêts étrangers, ainsi que ceux des 44 sociétés d’État fédérales du Canada à jouer un rôle de chef de file en acceptant que leurs organisations participent à cette recherche révolutionnaire. Le sondage, offert en français et en anglais, a été réalisé au début de décembre par 48 organisations dans les secteurs des banques et des assurances, des caisses de retraite, des mines, du pétrole et du gaz, du manufacturier, des transports, de la construction, du commerce de détail, des services publics, de l’immobilier, des télécommunications et des arts. Les données du sondage ont été extraites, épurées, anonymisées, puis transmises au partenaire d’analyse des données du Projet Prospérité, nommément KPMG au Canada, qui les a analysées.

Vous trouverez le Rapport annuel 2021 sur le rendement ici.

À propos du projet Prospérité

Dirigé par des bénévoles, Le Projet Prospérité est un organisme sans but lucratif qui a été conçu et lancé en mai 2020 par un groupe diversifié de 62 dirigeantes provenant de partout au pays; 3 des femmes qui, historiquement, ont fait une différence et se sont engagées à continuer à promouvoir le changement positif en participant activement au Projet Prospérité. L’organisation a été fondée et est dirigée par Pamela Jeffery, fondatrice du Women’s Executive Network et du Conseil canadien pour la diversité administrative.

Le Projet Prospérité agit afin d’établir un lien explicite entre les femmes et la prospérité en vue de souligner l’importance économique de l’égalité des sexes dans le cadre de la période de relance qui suivra la COVID-19.

Les organisations partenaires du Rapport annuel 2021 sur le rendement en matière de diversité des genres et de leadership : le rapport zéro sont KPMG au Canada, BMO, lnvestissements RPC, Franco-Nevada, RBC et TELUS

Consultez le site Web du Projet Prospérité à l’adresse www.canadianprosperityproject.ca/fr.

À propos de KPMG au Canada

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d’audit, de fiscalité et de services-conseils et société à responsabilité limitée, appartient à des Canadiens qui en assurent l’exploitation. Depuis plus de 150 ans, nos professionnels fournissent aux Canadiens tout un éventail de services-conseils, de services de comptabilité et d’audit et de services fiscaux qui inspirent la confiance, favorisent le changement et stimulent l’innovation. Guidé par des valeurs fondamentales – Intégrité, Excellence, Courage, Ensemble, Pour le mieux – KPMG compte plus de 8 000 professionnels et employés dans plus de 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG fait régulièrement partie des meilleurs employeurs au Canada et est reconnu comme l’un des meilleurs milieux de travail au pays.

Le cabinet est constitué en vertu des lois de l’Ontario et membre de l’organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel.

Pour plus d’information, consultez home.kpmg

Comments

No Comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *